Masques de protection respiratoire

Produits 1-20 pour 51

Page
par page
Par ordre décroissant
  1. Masque barrière lavable AFNOR UNS1 BoldoducMasque barrière lavable AFNOR UNS1 Boldoduc
    • Promo -16%
    Boldoduc
    Masque barrière lavable AFNOR UNS1
    À partir de 5,32 € Prix normal 6,33 €
  2. Masque anti-projection jetable Safety Jogger Type2R PHARMAMASK (Boite de 50)Masque anti-projection jetable Safety Jogger Type2R PHARMAMASK (Boite de 50)
    • Destockages -55%
  3. Masque barrière 2 couches JSE Medical | Enfant 4-10 ans | CHILD (lot de 6)Masque barrière 2 couches JSE Medical | Enfant 4-10 ans | CHILD (lot de 6)
    • Promo -22%

Produits 1-20 pour 51

Page
par page
Par ordre décroissant

Pour un travail dans un espace où la qualité de l’air est mauvaise devra nécessairement s’équiper d’un masque de protection respiratoire EPI. Mais tous les masques ne sont pas les mêmes, et le choix du modèle devra se faire selon les conditions spécifiques rencontrées. L’employeur est tenu par la loi d’équiper ses salariés, mais le port du masque peut aussi être recommandé pour du simple bricolage.

Le principe du masque de protection respiratoire

Comme on peut s’en douter, le masque de protection respiratoire est conçu pour protéger le travailleur contre la mauvaise qualité de l’air (contre la fumée, le gaz, la poussière ou encore la vapeur, entre autres), pour offrir le taux d’oxygène adéquat.

Il est tout de même bon de savoir qu’il est possible de prendre des mesures pour améliorer les conditions rencontrées, et c’est seulement lorsque les actions menées n’ont pas eu assez d’impact, que l’utilisation du masque devient nécessaire.

Les différents types de masques

Il en existe deux types : le masque filtrant et le masque isolant. Tous deux sont utilisés dans des conditions spécifiques qui leur sont propres. Toutefois, une chose reste figée: ils ne doivent être portés que pour un court délai et de manière exceptionnelle.

-          Le masque filtrant

Il a pour but d’améliorer la qualité de l’air respiré par le travailleur dans l’espace de travail où il évolue. On trouvera sur ce type de masque un filtre qui aura pour rôle de retenir la poussière, le gaz, le brouillard ou autre,  afin de purifier l’air respiré par le salarié. Ce genre de masque peut encore être réparti en deux catégories, à savoir les appareils sans assistance mécanique et ceux à ventilation assistée.

Le premier est muni d’un filtre unique et est utilisé pour un travail de courte durée. Certains masques sont à usage unique et d’autres possèdent des filtres lavables qui peuvent donc être réutilisés.

Le modèle à ventilation assistée est équipé d’un ventilateur qui permet d’augmenter le débit d’air, tout en filtrant les polluants.

-          Le masque isolant

Ce masque, quant à lui, permettra d’alimenter le travailleur en oxygène dans un espace où celui-ci est raréfié. Comme le masque filtrant, lui aussi est divisé en deux catégories : les appareils autonomes et les non-autonomes.

Les appareils autonomes ont un apport d’oxygène dans le masque qui provient d’une bouteille. Le salarié pourra effectuer son travail sans avoir besoin d’un filtre, puisqu’il ne respirera pas l’air qui circule dans l’espace où il se trouve. Le temps passé dans l’espace de travail sera donc proportionnel à sa réserve d’air.

Pour ce qui est des dispositifs non autonomes, ils reçoivent de l’air à l’aide d’un système situé à l’extérieur du local de travail.

Bien choisir le masque de protection respiratoire

Bien choisir le matériel que portera le travailleur (ou le bricoleur pour un usage personnel) est essentiel pour assurer sa protection. Pour faire le meilleur choix, 3 étapes devront être effectuées :

-          La nature du polluant devra d’abord être identifiée (gaz, vapeur, etc.) de même que le taux d’oxygène contenu dans la zone de travail.

-          Devront également être pris en compte la concentration des contaminants (CAS), les valeurs limites d’exposition (VLE) et les valeurs moyennes d’exposition (VME).

-          Le dernier point concernera la praticité du masque : son confort, sa légèreté, sa facilité d’utilisation. Mais il faudra aussi s’assurer de son efficacité et de son étanchéité.

Une fois ces points bien définis, il sera alors possible de choisir le bon masque.

Les normes de conception du masque respiratoire

Fixées par le règlement 2016/425, pas moins d’une cinquantaine de normes différentes peuvent entrer dans la conception d’un masque de protection respiratoire en Europe. Toutes ces règlementations sont disponibles à l’AFNOR. 

On peut néanmoins dire que pour être mis sur le marché, chaque masque doit au préalable subir une série de test, et s’ils sont concluants, alors seulement il obtiendra le marquage « CE » prévu comme preuve de conformité.