Contactez-nous au 01 85 09 28 33
 Livraison OFFERTE dès 99€ TTC ! 

Vêtements de travail | Chaussures de sécurité | EPI

Combinaisons et salopettes de travail

Articles 1 à 60 sur un total de 115

par page

Page :
  1. 1
  2. 2

Articles 1 à 60 sur un total de 115

par page

Page :
  1. 1
  2. 2

Oxwork sélectionne les meilleurs rapports qualité-prix pour une combinaison et une salopette de travail pas cher (aussi appelée bleu de travail) parmi des grandes marques comme Dickies, Herock, Helly Hansen et Caterpillar. De la combinaison jetable anti-contamination jusqu'à la combinaison ignifugée. Oxwork dispose d’un large choix de combinaisons et salopettes de travail adaptées à votre domaine d’activité. Bien pensées, les combinaisons et salopettes de travail vous offrent un maximum de confort.  Les bleus de travail une pièce modernes et fonctionnels et au meilleur rapport qualité/prix. Combinaison intégrales, salopettes à bretelles de travail, découvrez des bleus de travail adaptés à votre métier. Nous mettons à votre disposition une large gamme de combinaisons et salopettes de travail afin que vous puissiez avoir du choix et trouver l'article que vous recherchez.

Combinaison de travail : protection et image de marque à la foi

De nos jours, la combinaison de travail se retrouve dans de nombreuses entreprises, et ce, quel que soit leur secteur d’activité, aussi bien dans l’industrie, le BTP, la construction, l’agriculture que dans d’autres domaines. Il faut souligner que chaque profession dispose d’un vêtement de travail qui lui est propre et qui est parfaitement adapté aux exigences de chaque métier.

Combinaison de travail : une fonction protectrice indéniable

La première fonction d’une combinaison de travail est de protéger la personne sur son lieu de travail. Prenons le cas d’un chef de chantier qui se rend sur un site où son équipe travaille. S’il descend de sa voiture avec un costume bien coupé et une chemise bien repassée, ce dernier risque de ne pas apprécier l’état de ses vêtements lorsqu’il va rentrer le soir. En effet,  poussière, boue, sable et fer sont omniprésents sur ce genre de chantier, ce qui peut entraîner des éclaboussures, voire même des déchirures sur les vêtements. Or, en enfilant une combinaison de travail avant de se rendre sur un chantier, les habits sont protégés des salissures et des éventuelles déchirures. De surcroît, la couleur très voyante du vêtement de travail permet d’être visible de loin. Ce qui éloigne les risques d’accidents sur les chantiers où circulent souvent de nombreux engins.

Une obligation dans de nombreux secteurs

Il faut noter que le port d’une combinaison et de chaussures de sécurité ou masque respiratoire sont obligatoire dans de nombreux métiers. Mais l’article R. 4321-4 du code du travail stipule que ce genre de protection individuelle doit être mis à la disposition des travailleurs par l’employeur. En outre, chacun de ces équipements doit être en conformité avec la directive européenne 89/686/CEE. En d’autres termes, il doit être marqué CE. Et le nettoyage de ces vêtements spécifiques revient à l’employeur, selon l’article R. 4323-95 du code du travail. En effet, les conditions de lavage préconisées par le fabricant de ce genre d’équipement doivent être scrupuleusement suivies, et ce, afin de s’assurer qu’elles répondent toujours aux normes de sécurité en vigueur et pour éviter que le vêtement ne se détériore à cause du lavage.

Les différentes versions de la combinaison de travail

Il convient de noter que chaque métier possède ses propres exigences en matière de combinaison ou salopette de travail. Il est donc logique de découvrir sur le marché une grande diversité de vêtements de travail. Ainsi, il est possible de trouver une combinaison à manches courtes ou à manches longues qui répondent à des utilisations spécifiques. Il existe également des combinaisons « fluo » avec bandes auto réfléchissantes ou même équipées de tissu haute visibilité afin de satisfaire l’exigence de certains chantiers, notamment de nuit. Enfin, en fonction de la profession, il est plus judicieux de choisir entre différents types de salopettes ou combinaisons de travail, en particulier étanches, ignifugées, résistantes aux produits chimiques, multirisques ou encore antistatiques. De plus, on peut désormais choisir le design de son vêtement de travail, ce qui apporte un réel confort à son utilisateur. Fermée avec un ou deux zips, matelassée ou non, avec ou sans pression, il appartient à chacun d’opter pour l’équipement qui lui assure confort et sécurité.

Renforcer l’image de l’employeur

Si la fonction protectrice de la combinaison de travail n’est plus à démontrer, on observe un souci du détail plus pointu chez les fabricants de ces vêtements, car ces derniers ne conçoivent plus uniquement les vêtements à l’attention des travailleurs hommes. En effet, il existe désormais des combinaisons destinées aux femmes et même aux enfants. Il faut souligner que le succès croissant du « Do It Yourself » (DIY) pousse un grand nombre de personnes à bricoler dans son jardin, son garage ou son atelier. Et ils ont besoin de vêtements appropriés pour les protéger. Cela explique cette recherche permanente de design attirant, ce choix de couleurs et de matières pensé dans les détails afin de séduire une clientèle de plus en plus large. Et la concurrence qui règne entre les plus grandes marques dans ce domaine reflète le poids du marché de la combinaison de travail. Portwest, Helly Hansen, Dickies, LMA ou encore Herock rivalisent afin d’offrir au public des vêtements de travail aussi protecteurs que confortables et top design.

Combinaison agricole : multirisques

Pour protéger les agriculteurs de manière efficace des risques présents dans leur environnement, des combinaisons multirisques réutilisables ont été créées. Ces protections respectent différentes normes. En effet, elles protègent contre les produits chimiques liquides (norme EN 13034 : 2005+A1 :2009), mais également les pesticides (norme EN ISO 27065), de plus, elles protègent contre le risque de happement par des parties mécaniques en mouvement (norme EN 510 : 1993). L’agriculteur peut alors manipuler des produits phytopharmaceutiques et pourra même réutiliser la combinaison une nouvelle fois. Grâce à toutes les protections de la combinaison multirisque, l’agriculteur limite les risques d’accidents.